Touria Chaoui

L'Aéro-gare de Tit Mellil

En 1952 par MM. J.F, Zevaco, P. Messina et P. Basciano

Le Roi Mohamed V & Touria Chaoui

L’histoire de l’aéroclub Royal de Casablanca

En 1951, âgée de seize ans, Touria Chaoui était consacrée première aviatrice marocaine et arabe. Elle a réussi, malgré les obstacles liés à sa condition de jeune marocaine, les épreuves de l’école de Tit Mellil, la seule école de pilotage était la base de Tit Mellil, dans la région de Casablanca.

Les journaux du monde entier ont relaté l’événement. Touria Chaoui reçut les félicitations de toutes les organisations féminines. Elle reçut entre autres une photo dédicacée de Jacqueline Auriol, pilote d’essai, et nièce du président Vincent Auriol.
Le roi Mohammed V du Maroc la reçoit au palais pour la féliciter, ainsi que les princesses lalla Aicha et lalla Malika.

Après un demi-siècle de sa création, l’Aéroclub Royal de Casablanca à Tit-Mellil a réussi à garder intact tout son potentiel de loisir. Nous avons environ une centaine de membres inscrits en apprentissage au club, ou à titre de pilotes confirmés. Industriels, cadres, professions libérales, retraités, jeunes étudiants, etc.

Des pilotes de la RAM y ont découvert leur vocation et ont fait leur début à l’Aéro-Club Royal de Casablanca à Tit-Mellil pour l’obtention de la licence de Pilote Privé avion, situé à une quinzaine de kilomètres du centre de Casablanca l’Aéro-club Royal a formé plus de 1.500 pilotes.

Les membres du club viennent y assouvir leur passion pour l’aviation. Car c’est un sport passionnant.

Outre le côté divertissement, l’aviation développe les facultés de rigueur et de précision. “Seul en altitude, on n’a pas droit à l’erreur”. De plus, elle permet d’éveiller une vocation enfouie en nous. Depuis sa création, l’Aéro-Club Royal de Casablanca à Tit-Mellil a formé environ 1.500 pilotes. L’effectif moyen d’élèves qui décrochent leur licence d’aviation légère se situe entre quinze et vingt personnes par an.